L'immigration italienne en Suisse

26 Mai

Par sa proximité et son robuste marché de l'emploi, la Suisse attire les ressortissants italiens depuis longtemps déjà. Malgré des fluctuations à travers les années, ils restent la plus grande communauté étrangère du pays et leur nombre va croissant. Bref historique chiffré.

En 1888, le recensement fédéral fait état de 41'881 Italiens établis en Suisse, un chiffre qui passe à 202'809 en 1910. La Première Guerre mondiale (1914 à 1918) fera baisser les effectifs: les transalpins ne sont plus que 134'628 en 1920.

Besoin de main d'oeuvre
Dans les années 1950, on lance en Suisse de grands chantiers: barrages, routes, tunnels... Et la main d'oeuvre manque. On fait donc appel à des travailleurs étrangers dont de nombreux Italiens, principalement originaires du sud du pays.  (voir reportage ci-dessous)

Des ouvriers peu ou pas qualifiés arrivent alors en masse. Entre 1950 et 1970, le nombre d'Italiens travaillant en Suisse est multiplié par quatre, passant à 583'855. A l'époque, ils représentent 54% de la population étrangère du pays.

Une vie à la dure
On leur impose à la frontière un examen médical humiliant. Ils habitent souvent des baraquements sommaires et exercent des métiers difficiles, voire dangereux. En 1965, sur les 88 victimes de l'accident du barrage de Mattmark (Valais), 56 étaient italiennes. En outre, leur statut de saisonniers ne les autorise à rester en Suisse que neuf mois par an et ils n'ont pas le droit de travailler lorsqu'ils rentrent en Italie.

Les familles de ces immigrants ne peuvent pas, légalement, s'établir en Suisse avec eux. Certaines viennent malgré tout et vivent le plus discrètement possible. Dans les années 1970, des centaines d'enfants vivent cachés, sans pouvoir sortir ni être scolarisés. Ce sont "les enfants du placard". 

RTS Découverte

Hello,
Inscrivez-vous et recevez directement nos actualités, nos événement et programmes.